zabla(dowski).org


Wichita Recordings (2006)

1. Writer’s Block
2. Objects Of My Affection
3. Young Folks
4. Amsterdam
5. Start To Melt
6. Up Against The Wall
7. Paris 2004
8. Let’s Call It Of
9. The Chills
10. Roll The Credits
11. Poor Cow


Site officiel:
http://www.peterbjornandjohn.com
Label:
http://www.wichita-recordings.com
MySpace:
http://www.myspace.com/peterbjornandjohn


très bon

Peter, Bjorn And John - Writer’s Block


 (...) Comme les briques qui illustrent le dos du disque, les titres s’imbriquent les uns dans les autres, offrant une lecture nouvelle du passé du rock briton essentiellement (Beatles, punk, madchester), américain accessoirement (Beach Boys) . On serait tenté de les comparer à Gorillaz, tant la nouveauté est flagrante, mais ne tient pourtant qu’à la maîtrise de savoir mélanger des ingrédients ne l’ayant jamais été auparavant. (...)

(...) Writer's Block n'hésite pas à alterner les styles musicaux, offrant un album largement récréatif. Ainsi certaines chansons évoquent la new wave de la fin des années 1980 avec des groupes romantiques tel Echo & The Bunnymen (...) et noisy tel My Bloody Valentine (...) The Chills, sorte de petit bijou tout aussi pur et excursionniste, s'envole au refrain dans un ciel dégagé où seul le rythme répétitif permet de garder un pied sur terre. Dans le même esprit festif, le rythme d'Amsterdam ferait presque de la concurrence à ceux de Gorillaz. (...) Variés, nerveux et délicatement arrangés, les onze titres pop du dernier album de Peter Bjorn And John dégagent une honnête sincérité. (...)

(...) le trio histoire de détourner les derniers regards posés sur la concurrence, personnalise son ouvrage en y plaquant dès qu'il le peut un chouette petit effet de signature : des percussions élastiques par ci, un mini mur du son par là ou, fallait oser, un refrain sifflé sur pas moins de trois morceaux consécutifs (...) Cet éclectisme de façade est tempéré par une mise en son très homogène, exercice de style nous renvoyant à l'époque - mid 80s - où les frères Reid (The Jesus & Mary Chain) croisaient le fer dans un déluge d'étincelles, ou à celle - early 90s - où un tas de petits groupes aussi sympathiques qu'oubliés (Adorable, ce genre), jetaient un pont entre une noisy-pop sur le déclin et une brit-pop en gestation. Noyé sous une reverb d'un autre âge, ce disque baigne du début à la fin, malgré les variations de formes et de tempos, dans une atmosphère intime et nostalgique (...)

(...) un enivrant torrent mémoriel. Sur l’extraordinaire Young Folk, (...) chef d’œuvre pop que l’on sifflotera encore deux ou trois ans, ils conservent les sensations de leur premier joint, sous une tente de la campagne san-franciscaine, en 1967. Sur Objects of My Affection ou Start to Melt, les trois garçons se souviennent avoir prêté en 1984 les guitares avec lesquelles les frères Reid allaient écrire les premiers morceaux de Jesus & Mary Chain. Sur Amsterdam, ils se souviennent d’un Prince adolescent faisant leur première partie en 1978, à Minneapolis.  Partout ailleurs surgissent des souvenirs confus d’aventures extraordinaires : avoir fomenté la révolution avec les proto-Beatles, partagé un bout de voie lactée avec Spiritualized (...). Oui, mais voilà : Peter, Björn et John n’ont rien vécu de tout ça. Ce sont trois jeunes Suédois dont le studio est mitoyen d’un gentil disquaire (...) Ils ont un vrai talent pour la pop, informe et variée. (...)

Vous pouvez lire également au sujet de cet album Dernier sur la hype dans le Journal de bord de Zabladowski

Du même niveau