zabla(dowski).org


Epic (2007)

1. March into the Sea
2. Dashboard
3. Fire It Up
4. Florida
5. Parting of the Sensory
6. Missed the Boat
7. We've Got Everything
8. Fly Trapped in a Jar
9. Education
10. Little Motel
11. Steam Engenius
12. Spitting Venom
13. People as Places as People
14. Invisible


Site officiel:
http://www.modestmousemusic.com/
MySpace:
http://www.myspace.com/modestmouse


moyen

Modest Mouse - We Were Dead Before The Ship Even Sank


(...) La première impression est mitigée. Comme la tendance actuelle le veut, plus solide au niveau du son, ce qui fait perdre un peu de charme et fait paraître le chant naturellement déglingué moins en phase. On semble s’être éloigné dans la forme comme dans le fond de l’agitation rock de The Lonesome Crowded West. Mais voyons ça de plus près. Il y a encore une tripotée de chouettes titres, c’est indéniable. Mais ils sont un peu disséminés au milieu de moments plus convenus. Trop souvent, ils se contentent de leur gimmicks et ressemblent à ce qu’on a pu entendre chez des groupes comme The Robocop Kraus ou autres Infadels et on a un morceau comme Florida. Pas indigne, certes, mais un peu anodin. Et c’est ce qui plombe l’écoute intégrale. Même si la répétition de mid-tempos sautillants en fait une proie facile pour une écoute superficielle. (...) l’uniformisation guette. Leur talent leur permet cependant de se surpasser sur plusieurs titres et de rester attachants d’un bout à l’autre.



(...) loin de l'esprit des premiers albums, résolument tournés vers la scène indé, We Were Dead Before The Ship Even Sank est encore plus accesible que ne l'était déjà le précédent opus, même si on a peine à y trouver plus de trois ou quatre morceaux susceptibles d'être digérés dès la première écoute. Et c'est tant mieux : grâce à quelques chansons, tel le premier single Dashboard où l'influence de Johnny Marr paraît la plus évidente, le charmant Missed The Boat ou le très mélodieux Fire It Up, cet album devrait réussir à propulser un peu plus le groupe sur la scène commerciale, tout en réussissant à imposer, sur d'autres plages, un certain retour aux sources, que l'on savait plus dures (...) Mais sur les quelques 63 minutes que dure cet album, on retiendra surtout un travail plus abouti, à la fois plus varié et plus cohérent (...)



(...) Des croisements entre rock et pop, on en retrouve tout au long de cet album riche et varié : We’ve got everything et ses notes funky, le léger et rythmé Fire it up, et surtout l’étonnant Education, qui semble presque parodier tout les groupes en "The" propulsés par la presse spécialisée depuis le début des années 2000 (et oui, ça passe vite hein ?). Ceci étant dit, les morceaux les plus galvanisants restent quand même ceux ou la voix de Isaac Brock, véritable grognard furibond (ou grognon furibard, c’est selon), se drape de toute sa hargne je-m’en-foutiste pour nous pondre des ritournelles pour soirées alcoolisées de pub anglo-saxon, notamment le tout premier titre, à savoir March into the sea. (...)



(...) We Were Dead Before The Ship Even Sank porte vraiment très bien son titre de catastrophe. Ce n'est pas que le groupe est plus pop que par le passé : le single Dashboard est sans doute la meilleure chanson du lot. Ce n'est pas non plus Johnny Marr qui ruine le disque, bien que son jeu soit sans doute plus adapté à l'autre admirateur d'Oscar Wilde qu'au bukowskien Isaac Brock. (...) Par élimination, donc, on en est réduit à cette bonne vieille explication bien pratique : si quand les compos s'énervent elles ne mordent plus, si quand elles se calment elles se trainent au lieu de hanter et si quand elles nous sourient on juge plus poli de feindre de ne pas les voir, ça doit bien être à cause de l'âge et du succès, ces deux vampires qui finissent par avoir tout groupe un peu intéressant. (...)



Du même niveau