zabla(dowski).org


PIAS (2007)

1. We’re All Going to Die
2. Fight like the Night
3. A Brighter Beat
4. Death Love Depression Love Death
5. Fuck It I Love You
6. Stay Close Sit Tight
7. Four Cigarettes
8. Somebody Loves You
9. Up Late at Night Again
10. Superhero Songwriters


Site officiel:
http://www.malcolmmiddleton.co.uk
MySpace:
http://www.myspace.com/malcolmmiddleton


bon

Malcolm Middleton - A Brighter Beat


(...) A Brighter Beat - troisième effort en solitaire, le premier depuis la dissolution d’Arab Strap - est un disque sacrément cyclothymique, sa boussole folle oscillant frénétiquement entre phase maniaque et phase dépressive, textes noir de noir et arrangements lumineux. Si l’on n’y prend garde, l’on se retrouve bientôt à siffler sous la douche des rengaines aux titres aussi primesautiers que We’re All Going to Die ou Death Love Depression Love Death. (...) Si elles sont loin d’avoir disparu au niveau des textes, l’apathie et la haine de soi sont désormais persona non grata sur la partition. Musicalement, Malcolm Middleton secoue son spleen dès qu’il menace de s’installer (...) Au final ? Un album qui enthousiasme un peu plus à chaque écoute, un énième chef-d’œuvre mineur à mettre à l’actif de la formidable scène écossaise, dix pépites de pop-rock solide et élégant.



(...) Si ce disque démarre au quart de tour avec des titres musclés à l'image de We're All Going to Die (super programme !), Fight Like the Night et A Brighter Beat, il calme assez vite le jeu et trouve sa vitesse de croisière dans des ballades à l'air vicié où la déprime rôde de manière insidieuse (Stay Close, Sit Tight, Four Cigarettes). La réussite de ce disque réside dans une production impeccable qui alterne avec brio le son lourd du début (parfois très lourd à l'image de Death Love Depression Love Death) et les arrangements de cordes de la fin (Up Late at Night Again et la mini apothéose symphonique qu'est Superhero Songwriters) toujours au service de mélodies éclatantes. (...) Chez lui, la mélancolie fanfaronne avec une morgue altière. C'est beau à pleurer comme un match de foot perdu d'avance par une équipe bravache qui aurait décidé de jeter toutes ses forces dans la bataille. (...)



(...) Si Malcolm Middleton chante toujours sa tristesse sur un ton désabusé, les arrangements se font plus sucrés qu’auparavant et l’ensemble de l’album joue de ce clair-obscur du meilleur effet. On pourra cependant regretter deux premiers titres bien rythmés mais décevants car peu en accord avec le reste du disque et peu représentatif des qualités de l’écossais. Mais les mélodies brillantes ne tardent pas à reprendre le dessus et l’album reste de très bonne facture. "Un album pop pour ceux qui détestent la pop" aurait dit le principal intéressé. Difficile quoi qu’il en soit de résister à ses ballades douces-amères. (...)



Du même niveau