zabla(dowski).org


Rough Trade (2007)

1. End Result
2. I Ain’t Thick, It’s Just a Trick
3. Systematic Death
4. The Gasman Cometh
5. Banned From the Roxy
6. Where Next Columbus ?
7. Do They Owe Us a Living ?
8. Securicor
9. Demoncrats
10. Big A, Little A
11. Punk Is Dead
12. Walls (Fun In the Oven)


Site officiel:
http://www.thejeffreylewissite.com/
MySpace:
http://www.myspace.com/jefflewisband


très bon

Jeffrey Lewis - 12 crass songs


Songwriter new-yorkais de génie et chef de file du courant antifolk, Jeffrey Lewis a toujours privilégié une approche instinctive et spontanée dans ses compositions. Il revient avec son frère Jack et un nouvel album sous le bras intitulé 12 Crass Songs qui propose une relecture à la sauce folk lo-fi de 12 titres du collectif punk anarcho-pacifiste anglais Crass qui sévissait dans les années 70-80. Ce fabuleux conteur d'histoires qui n'a pas son pareil pour raconter ses petits récits improbables chante ici comme à son habitude avec ce ton détaché et le phrasé léger et fluide qu'on lui connait. Les arrangements se font quant-à-eux moins discrets qu'à l'accoutumée alors que quelques agréments viennent compléter les lignes de guitare acoustique et Jeffrey restitue à sa façon l'energie et l'urgence des morceaux originaux. Débarassés de leur enveloppe bruyante et habillés tout en douceur, les textes révèlent une tension et une colère subtilement contrastées par l'apparente quiétude de la musique qui les accompagne. (...)



De la longue cohorte - devenue un peu épuisante - des représentants de l'antifolk, Jeffrey Lewis tire son épingle assez brillamment. Il a l'avantage d'être là depuis un bail, finalement, et puis, surtout, il a ce petit côté singe savant qui réveille l'attention du public de manière adroitement ludique. (...) le tour de force de cet album vient du fait que Jeffrey Lewis s'émancipe totalement de l'aspect "exercice de style" de son projet et des dangers qu'il lui sont inhérents (les tribute sont rarement passionnants de bout en bout mais fréquemment gentiment anecdotiques) pour transcender impeccablement le matériau d'origine. (...) Jeffrey Lewis a enregistré cet album quasiment sans concours extérieur et c'est ainsi que l'ont retrouve notre homme-orchestre seul ou presque sur de nombreux titres, se dédoublant sur les guitares, bien entendu, mais aussi au piano, à la basse, au glockenspiel, à l'orgue, aux claviers, aux cordes (très réussies) ainsi qu'à divers bruitages sonores. Le collaborateur principal, sur ce disque, est son actuelle girlfriend, Helen Schreiner, qui rehausse le spectre sonore de Jeffrey Lewis par sa voix un peu cartoon, un peu nicotinée, lui donnant parfois la réplique, comme sur le country folk hilarant de Systematic death, ou prenant carrément la part du lion comme sur Big A, little A, un de ces titres où Jeffrey Lewis endosse son costume de folk-rocker bruitiste, rôle dans lequel il fait toujours mouche. (...)



Du même niveau