zabla(dowski).org


kranky (2007)

1. Intro
2. Cryptograms
3. White Ink
4. Lake Somerset
5. Providence
6. Octet
7. Red Ink
8. Spring Hall Convert
9. Strange Lights
10. Hazel St
11. Tape Hiss Orchid
12. Heatherwood


Site officiel:
http://www.notownsound.net/
Label:
http://kranky.net
MySpace:
http://www.myspace.com/deerhunter


bon

Deerhunter - Cryptograms


(...) C'est à la fois la pop déstructurée de Sonic Youth, de l'ambient très sombre, du shoegazing décalé, de la cold-wave bruyante. Plein de choses que j'aime mais dans un ordre déconcertant. Un album riche, qui m'assure un bon retour sur investissement (...)



(...) Deerhunter ne m'avait pas laissé un souvenir indélébile. Un rock bruitiste et brouillon, payant son dû à la scène no-wave. Juste j'étais resté hypnotisé par la silhouette du chanteur, sorte de Thurston Moore rachitique, tout en longueur sous son petit perfecto en cuir.  Surprise donc en découvrant Cryptograms (...) Si Deerhunter y cultive à nouveau ses tendances claustrock, un souffle pop se dégage de l'ensemble dans l'attention portée aux mélodies et aux parties vocales. Des éclats qui n'empêchent pas non plus les passages plus bruitistes, rangeant le combo dans le même wagon que ses amis Liars. (...) 



(...) Deux choses frappent d’emblée à l’écoute de cet album : la variété des genres en présence et l’agencement des morceaux. Il s’agit en effet d’un album pour le moins ambivalent puisque près de la moitié des titres sont des pièces instrumentales ambient assez sombres. Le reste quant à lui oscille entre dream-pop vintage et cold-wave robotique. (...) Le reste, situé en fin d’album, peut être assimilé à de la dream-pop ou plutôt nightmare pop, un de ces moments où My Bloody Valentine émerge d’un mauvais rêve ou d’une gueule de bois. (...) Alors qu’on se voyait bien installé dans la routine un intrumental malsain / une déflagration cold, les quatre derniers morceaux sont plus ‘pop’. (...) 



La bonne surprise de ce mois (...) un album solide de rock aérien et passablement psychédélique comparable à de maints égards aux mythiques My Bloody Valentine (...) : remplissage de l'espace sonore à renforts d'effet de reverbération et feedback, chant vaporeux... Sous bonne influence, et avec suffisamment de talent pour ne pas avoir (trop) à rougir de la comparaison. (...) 



Du même niveau