zabla(dowski).org


Sony / BMG (2007)

1. Took Out a Loan
2. Berlin
3. Weapon of Choice
4. Window
5. Cold Wind
6. Not What You Wanted
7. 666 Conducer
8. All You Do Is Talk
9. Lien on Your Dreams
10. Need Some Air
11. Killing the Light
12. American X
13. Am I Only


Site officiel:
http://www.blackrebelmotorcycleclub.com/
MySpace:
http://www.myspace.com/blackrebelmotorcycleclub


très bon

Black Rebel Motorcycle Club - Baby 81


(...) on a ressorti et aiguisé les guitares, rangées dans leur étui le temps d’enregistrer Howl. (...) Du coup, la sonorité british qui caractérisait le trio sur les deux premiers albums semble de retour. Ceci dit, Baby 81 reprend aussi les ambiances véhiculées dans Howl, et pas seulement à l’occasion des - rares - ballades. On le sent notamment dans la richesse des arrangements (les guitares électriques cachant souvent des guitares acoustiques). A ce propos, ce procédé évoque souvent le modus operandi et le son brut des Dandy Warhols (...). Le sommet de l’album est bien évidemment American X, longue plage de neuf minutes et 11 secondes (9/11 : pur hasard disent-ils...) dont les 4 dernières minutes sont un feu d’artifice absolument génial.  L’album est captivant de bout en bout et il n’y a absolument rien à jeter. (...)



(...) En fins limiers qu’ils sont, les trois blousons noirs du Black Rebel Motorcycle Club (...) reviennent aujourd’hui à leurs bonnes vieilles habitudes et rebranchent les amplis. Inutile de dire que l’attente était grande. Dès la première écoute on est rassurés, le son est là, en plus lisse certes, mais il est là. Cette propreté dans la production est d’ailleurs le gros reproche à faire à cet album. Elle condamne quelques titres (...) à la complète transparence. Mais la plaque renferme surtout son lot de chansons imparables (...) Tellement jouissives qu’on aurait peur de les user à force de se les passer en boucle. Cerise sur le gâteau, American X : neuf minutes où le monde s’efface et laisse place à nos fantasmes les plus salaces.



(...) Après leur album éponyme, le second fut typiquement inférieur, ce qui a poussé le groupe à se réinventer sur Howl, où les guitares abrasives étaient remplacées par un ton très roots, une americana presque country. Assez naturellement, le quatrième album les voit fusionner leurs differents styles, avec toutefois un retour en puissances des six-cordes électrisées. Et avec elles, le retour des énormes influences, soit Oasis, pour l'attitude, la voix et le sens de construction (et de la répétition), et surtout Jesus And Mary Chain. Les morceaux sont enveloppés dans des nappes de guitares, tantôt déterminantes, tantôt atmosphérique. On passe de la relative facilité immédiate (Need Some Air) à un futur extrait de la BO d'un Sofia Coppola (All You Do Is Talk, grandiose), en passant par l'étonnant Beatlesque Window. American X, tout au long de ses 9 minutes et 11 secondes (une coïncidence, paraît-il) constitue le morceau de bravoure d'un très bon album (...)



Vous pouvez lire également au sujet de cet album Têtes d'affiche dans le Journal de bord de Zabladowski

Du même niveau