zabla(dowski).org


Capitol (2006)

1. Don’t Take My Sunshine Away
2. Getting It Wrong
3. Shade And Honey
4. See The Light
5. Return To Me
6. Some Sweet Day
7. Ghost In The Sky
8. Mountains
9. Morning Hollow
10. It’s Not So Hard
11. Knives Of Summertime
12. Dreamt For Lightyears In The Belly Of A Mountain


Site officiel:
http://www.sparklehorse.com
MySpace:
http://www.myspace.com/sparklehorse


moyen

Sparklehorse - Dreamt For Light Years In The Belly Of A Mountain


Cinq ans après son dernier effort, on retrouve le groupe fidèle à lui-même et la formule fonctionne toujours sur quelques pépites comme les très pop Shade And Honey et Some Sweet Day. (...) La saturation latente et les breaks insensés de guitare électro-acoustique sur Mountains en font l’une des plus belles réussites de l’album.  On retrouve également un Sparklehorse d’apparat sur Morning Hollow ou Knives Of Summertime, de ces morceaux qui font la force du groupe sur scène, lorsque les individualités se taisent au profit du collectif, et qui s’étirent inlassablement dans un downtempo jubilatoire et magnifiquement orchestré. (...) 25 des 55 minutes de l’album proviennent en fait des sessions de It’s a Wonderful Life.  (...) Tous comptes faits, le groupe est à créditer de 30 minutes de production en 5 ans, soit un peu moins de deux chansons par an. Ça n’est pas bien glorieux. (...) Certes, les chansons sont bonnes et l’album cohérent. (...) Mais on attendait beaucoup mieux que ces basses manœuvres commerciales et cet aveu d’impuissance créatrice.

Dreamt for Light... n’est pas a fortiori un mauvais disque. Simplement, comparé aux états de services passés, un énorme vide semble l’habiter. On écoute poliment défiler les douze plages sans en garder la moindre trace. Pas la moindre accélération de pulsation ne se manifeste en nous. On peut ressasser les sempiternelles questions sur les mécanismes de l’inspiration : malgré toute la bonne volonté que se donne Mark Linkous pour faire sonner au mieux ses chansons, la grâce s’est envolée. (...) Maintes fois repoussé, le quatrième album de Sparklehorse relève d’un processus douloureux. La douleur d’un musicien qui aimerait vainement être à la hauteur, faute à une inspiration en berne. Un tiers du disque est ainsi constitué de vieux morceaux (...) Qu’importe, Sparklehorse a régulièrement puisé dans son matériel passé pour le magnifier. Mais dans le cas actuel, la qualité des morceaux repêchés et leur relecture sont sujets à caution.



Je ne connaissais Sparklehorse que de nom. (...) J’ai écouté suffisamment de fois Dreamt For Light Years In The Belly Of A Mountain pour vous dire que ce disque est franchement sympathique. Don’t take my sunshine away est superbe, et j’ai été bouleversée par le troisième titre du disque, Shade and honey. Dès les premières notes de la superbe See the light on se sent transporté, envahi par une vague de bonheur et de douceur. C’est aussi par cette chanson que l’on est assommé d’air frais, de prise de hauteur, d’apesanteur. Vous serez probablement pris au vol par Some Sweet Day  (...). Je ne peux décemment pas dire que ce disque est parfait, et je ne peux pas non plus le comparer avec le reste de la discographie du groupe, mais je trouve qu’il est très (trop) bien léché. Il y a derrière ces productions une perfection louche, gênante, qui m’empêche vraiment de me sentir enveloppée correctement. Heureusement un titre rapide et rythmé comme Ghost in the sky permet de voir une palette supplémentaire des couleurs musicales de Sparklehorse. Ce n’est pas un titre limpide et simpliste comme Mountains qui arrive à me convaincre, mais plutôt Morning Hollow ou It’s not so hard. Je reste encore scotchée par le planant, romantique, et sexy Knives of summertime. (...) 

Vous pouvez lire également au sujet de cet album Valeurs sûres dans le Journal de bord de Zabladowski

Du même niveau