zabla(dowski).org


Naïve (2006)

1. Little Bear
2. Made-Up Lovesong #43
3. Trains to Brazil
4. Redwings
5. Come Away with Me
6. Through the Windowpane
7. If the World Ends
8. We're Here
9. Blue Would Still Be Blue
10. Annie, Let's Not Wait
11. And If All...
12. São Paulo


Site officiel:
http://www.guillemots.com
Label:
http://www.naive.fr
MySpace:
http://www.myspace.com/guillemotsmusic


bof

Guillemots - Through The Windowpane


Malgré l’enthousiasme général à l’encontre des Guillemots, il faut avouer humblement que leur premier disque nous laisse perplexe. (...) Suivre la vague des groupes de pop débridés à la Arcade Fire, d’accord ; mais tenter d’initier un revival Freddie Mercury/Queen, on n’est pas franchement pour ! (...) La mode semble être à la réhabilitation des groupes qui ont pollué les ondes dans les années 70/80, soit. Il n’empêche que sur de nombreux passages de l’album Through the windowpane, le chanteur des Guillemots en fait trop dans le registre grandiloquence/héroïsme de pacotille, comme son illustre aîné Freddie, auteur de l’hymne des veaux, We are the champions. Cerise sur le gâteau dégoulinant de chantilly écœurante, les arrangements des morceaux sonnent souvent (volontairement ou pas) variété FM. (...). Malgré ces défauts fort dommageables, tout n’est pas à jeter, car, quand le groupe se concentre, évite de se disperser (ou se disperse intelligemment) cela donne des réussites imparables et déboussolantes (...)

(...) Dans ses meilleurs moments, on pense à Coldplay prenant un virage à gauche ou vaguement à Talk Talk ou David Sylvian. Through a Windowpane rappelle Simple Minds juste avant qu’ils perdent leur inspiration.  Les 12 minutes de Sao Paulo ont le refrain d’un Elton John de la grande époque, mais se perdent dans leur épilogue.  Un premier album frustrant.



En quelques mois Guillemots est passé de l’anonymat au statut de meilleur espoir de la scène anglo-saxonne (...). Le presse crie au génie, encensant les prouesses musicales et l’imagination flamboyante du groupe, effectivement démontrées avec tant de classe et de brio sur le mini LP From The Cliffs.  Avec la sortie de Through The Windowpane, tous les yeux sont aujourd’hui rivés sur Guillemots, apparemment prêt à transformer l’essai. Malheureusement ce premier opus n’a pas la pertinence du huit titres qui l’a précédé et son approche est bien plus difficile, pour ne pas dire laborieuse. La formule est pourtant la même, mais Fyfe Dangerfeld et ses compères semblent vouloir trop bien faire, d’où un résultat un peu forcé qui a bien du mal à décoller (...)

(...) Et donc là j'écoutais Guillemots, quator anglais qui ont récemment sorti un p'tit album bien sympa, et y'a cette chanson : If the world ends.  Je ne vous cacherai pas qu'à la première écoute j'ai bien rigolé, et les ai classé direct dans la catégorie des "t'es gentil gamin, mais on n'y croit pas une seconde à ton truc, c'est tout juste bon à faire pleurer une minette qui vient de voir la planete des singes".  En effet, synthé planant, vocalises maniérées, le début du morceau on dirait un peu un slow de Queen. (...) Alors, pas tip-top comme première impression... La voix, on dirait du Scorpion ... A croire qu'ils font exprès. (...)

Du même niveau