zabla(dowski).org


De: Paul Verhoeven
Avec: Carice van Houten, Sebastian Koch


Site officiel:
http://www.blackbook-lefilm.com/home.htm
IMDb:
http://www.imdb.com/title/tt0389557/
CineNews:
http://www.cinenews.be/Movies.Detail.cfm?MoviesID=4998&lang=fr


bof

Zwartboek


(...) A l’exception de quelques instants, Paul Verhoeven ne trouve pas le ton approprié. Tout à sa volonté de rendre son film efficace, il multiplie les moments de suspense et transforme son intrigue en roman feuilleton à trois sous, bourré d’invraisemblances. Elle promettait pourtant de passionnants développements. (...) Les péripéties s’enchaînent sans discontinuer et les retournements sont variés. En près de deux heures et demi, Verhoeven a le temps de faire et défaire les masques et de montrer le fasciste et le criminel cachés derrière le visage du résistant ; et inversement, de faire d’un nazi un être sensible et sentimental. Mais sa sauce reste épaisse et ne prend pas. A force de gros traits, il tombe dans la caricature sans en assumer l’outrance, et surtout sans en saisir le grotesque et l’inquiétant. (...) Face à tant de schématisme et de sérieux, on serait tenté par l’accablement. Pourtant, Verhoeven sauve son embarcation grâce à son actrice principale, Carice Van Houten. Elle porte le film sur ses fort jolies épaules et lui évite le naufrage.



(...) Black Book n’est malheureusement qu’un film sur la guerre de plus. Qui en dénonce salutairement les absurdités mais sans qualité particulière (et à la réflexion d’ailleurs, avec pas mal de défauts). (...)  celui-ci a tout du téléfilm conscientiseur plan plan, sans véritable point de vue, sans proposition formelle solide pour étayer un propos pris dans un paradoxe de taille (...)  Sans compter une méchante faute de goût: une photographie léchée qui n’a rien à faire là, esthétisant certaines scènes avec beaucoup de maladresse voire de fascination laide et franchement déplacée (...) Une chose à sauver et d’envergure : Carice Van Houten, actrice du cru impressionnante de bout en bout qui, selon l’expression consacrée, porte véritablement le film sur ses épaules (bonjour le fardeau...) (...)

Du même niveau