zabla(dowski).org


De: Lee Tamahori
Avec: Nicolas Cage, Julianne Moore, Jessica Biel


Site officiel:
http://www.nextmovie.com/
IMDb:
http://www.imdb.com/title/tt0435705/
CineNews:
http://www.cinenews.be/Movies.Detail.cfm?MoviesID=2982


bof

Next


Enième récit de Philip K Dick dont s’empare le 7ème art, Next est une caricature de films d’action qui se complaît dans un mouvement perpétuel et explosif aussi fatiguant que vain. Avec cet efficace produit commercial, Lee Tamahori réalise une adaptation unidimensionnelle sans ouverture ni ambition. (...) Les rotors d’hélicos font tchac-tchac, le mitraillage en règle bang-bang, les poings pif-paf et Nicolas Cage et Jessica Biel bisous-bisous. Monté comme un clip sur-vitaminé (...), ce cocktail d’emprunt (Un jour sans fin, Matrix, James Bond…etc.), est plus saoulant que grisant. Et son fort goût de déjà-vu contamine jusqu’aux acteurs. Ainsi, Nicolas Cage, (...) En mode "looser défraîchi", c’est le regard "cocker triste breveté" que l’on retrouve sans surprise. Mécanique et répétitif ; quelqu’un pourrait-il sortir Nicolas de sa cage ? En face, Julianne Moore, mi-agent Starling (Hannibal), mi-Jack Bauer (24H), cultive l’idée que tous les moyens sont bons pour lutter contre le terrorisme. C’est à la mode… (...)



(...) Evidemment, le film est un terrain de jeu pour artificiers, ça explose de partout, y’a des effets spéciaux toutes les trente secondes, entre les visions de Nicolas Cage et les superbes explosions ou catastrophes qui se produisent. Du coup, ça fait vraiment gros film américain, ou tout le monde se tire dessus. Et c’est bien pour ça qu’on est allé le voir… Parce que l’histoire, en soi, elle est un peu cucul. Il y a Nicolas Cage, qui vieillit mal et porte très mal les cheveux longs et gras, qui veut à tout prix se sauter une petite minette de vingt cinq ans. Il y a une histoire peu probable d’une bombe nucléaire russe ramenée par on ne sait qui (mais les méchants parlent français et allemand, bouh les vilains européens !) sur le sol américain pour détruire l’humanité. (...)



Nicolas Cage entame actuellement une seconde carrière, désireux de tourner dans le plus de nanars possibles (...). Véritable caméléon (il change de moumoute à chaque film), Cage arrive sur les films tel une mouche dans la soupe, apportant toute sa finesse habituelle et plombant définitivement des projets quasiment morts nés. C’est par exemple le cas de Next, adaptation d’une nouvelle de Philip K. Dick (L’Homme Doré), transformée ici en énième blockbuster familial bien américain (...) Premier constat flagrant : on se demande où sont passés les 70 millions de budget ? Le romance entre Johnson et sa copine (Jessica Biel, la seule actrice dont le fessier joue mieux que ses expressions faciales) occupe la bonne moitié du métrage (...) et la quasi-totalité des effets numériques ne semblent pas avoir été finalisés à temps... (...)



Du même niveau