zabla(dowski).org


De: David Lynch
Avec: Laura Dern, Jeremy Irons, Harry Dean Stanton, Justin Theroux


Site officiel:
http://www.inlandempirecinema.com/
IMDb:
http://www.imdb.com/title/tt0460829/
CineNews:
http://www.cinenews.be/Movies.Detail.cfm?MoviesID=4428


à vomir

Inland Empire


(...) J’ai été atterré tout au long de la projection de Inland Empire, et je reste depuis sidéré par l’unanimisme qui entoure ce film et l’encense comme la grande production cinématographique de l’année (...) Voir des courts expérimentaux, pas vraiment aboutis, faussement raccordés les uns aux autres à travers la performance d’un actrice, si excellente fut-elle, ou à travers la figure de la spécularité, très franchement, j’ai pas besoin d’aller au ciné – commercial – pour ça, et surtout j’ai pas attendu David Lynch pour m’y intéresser. (...) Alors voilà. J’ai du mal à entendre cet encensement collectif, qui confine parfois au ridicule. Et pourtant, d’habitude, les plans snobinards bobo branchouilles je marche à fond dedans… (...) J’ai le sentiment que Lynch a voulu démesurément rendre hermétique son film. Mais qu’il en perdu en route l’idée même du cinéma. Et tous ceux qui constatent leur impuissance face à cette œuvre en déduisent son génie, se rangeant du côté d’une œuvre qu’ils pensent incarner une supériorité intellectuelle. On pourrait toujours dire que Lynch tente de construire une passerelle entre le ciné grand public et la pratique artistique de la video, mais faut pas non plus être dupe. L’usage de la video, ou du moins de cette pratique arty de l’image, ça fait quand même plus de quarante ans que ça existe. Ca n’a pas attendu Lynch. (...)



(...) Inland Empire pourrait être une compilation des courts métrages tournés par David Lynch pour être diffusés sur Internet. Ou le pilote d’une nouvelle série à sa façon, après Twin Peaks. Ou la maquette en vidéo d’une superproduction à venir. Ça pourrait être tout et n’importe quoi. La forme n’a pas été trouvée, et le contenu confine au remplissage. Le mystère n’est plus qu’un filon surexploité : à la énième mine terrorisée de la brave Laura Dern, la caricature s’en mêle. (...) Ça pourrait être ça aussi, Inland Empire : Lynch s’amusant à parodier Lynch, avec un sérieux de vrai farceur. Chacun saura trouver une manière intelligente de rebaptiser ce ratage en règle.



(...) Compression-déflagration, systole-diastole, rétention-exténuation. Rythme.  Inland Empire est un film désespérément monocorde. (...)



(...) C'est une histoire que je raconte souvent et c'est à elle que j'ai pensé en sortant d'Inland Empire parce que mes fesses me faisaient un peu souffrir et pas seulement à cause des sièges mal adaptés de la salle dans laquelle je venais de me faire mettre pendant presque 3 heures. (...)



Du même niveau