zabla(dowski).org


De: Len Wiseman
Avec: Bruce Willis, Timothy Olyphant, Maggie Q, Justin Long, Mary Elizabeth Winstead


Site officiel:
http://www.livefreeordiehard.com
IMDb:
http://www.imdb.com/title/tt0337978/
CineNews:
http://www.cinenews.be/Movies.Detail.cfm?MoviesID=4886


bof

Die Hard 4


(...) le film est pas mal. John McLane doit escorter pour le compte du FBI un hacker (...), cible de terroristes high-tech menés par un ancien fonctionnaire révolté, un yamakazi en exil (...), un bellâtre italien et une asiat’ bomb kung-futeuse. Rien d’anormal, sinon que les bad guys ont derrière la tête le projet de crasher d’un coup tous les PC d’Amérique, plonger le pays dans le chaos et ramasser le pactole. A la fin, ils sont tous morts et c’est McLane qui gagne.  Nulle surprise, donc, et même l’argument Windows du terrorisme virtuel ne dépayse pas, tant il fait le miel de multiples séries TV et B. Au mieux, l’irruption des nerds (dont un, gentil, joué par Kevin Smith) dans une saga éternellement eighties, intensifie l’écart entre le côté chochottes en pantalon à pince du méchant violant la patrie à coups d’algorithmes et de passwords, et la morale berger des Pyrénées de McLane (du 100% fait main). Au pire, la surenchère envoie Bruce gagner aux poings face à un F-16 égaré dans un échangeur d’autoroutes. Cette disproportion entre la fin (vaincre les plus renégats des terroristes) et les moyens (la vénère attitude de Johnny) étant après tout l’un des ressorts de la franchise, on ne saurait en faire le reproche à Len Wiseman. Nulle surprise, mais un action movie assez plaisant (...) 



(...) on venait juste là pour se vider la tête dans un film d’action sans prétention, on n’était donc pas trop exigeant, on se serait contenté d’une simple prise d’otage même des plus banales, davantage dans l’esprit des précédents épisodes. Mais non, il faut que ce soit un virus informatique qui fasse exploser la maison en appuyant sur la touche Enter (alors qu’il suffisait tout simplement d’utiliser le sniper qui se trouvait justement à disposition au cas où). Je ne vous ferais pas l’affront de citer toutes les absurdités scénaristiques du film, de peur que ma critique ne soit trop longue. En soi, je ne cherchais pas de la vraisemblance dans une série qui a toujours privilégié l’action pure et dure, mais dans ce cas il aurait fallu ne pas nous casser les pieds avec ce piège informatique risible qu’on nous développe avec tant d’acharnement. On se serait bien contenté des scènes d’actions, souvent spectaculaires. Au final, je préfère encore voir des Charlie’s Angels qui jouent sans complexe la surenchère, plutôt qu’un film pas très sérieux qui se prend trop au sérieux. (...)



(...) Certes, ce Die Hard 4 est spectaculaire. Mais c’est du divertissement au rabais. A force de prendre les spectateurs pour des imbéciles, ils finissent par le devenir, ou au moins par ne plus exiger d’être mieux considérés. Film formaté et stupide, « Retour en enfer », aussi insipide qu’il puisse être, endors les masses. Que le public actuel se contente de ça, c’est triste. Nous avons pourtant eu Mission : Impossible 3, il n’y a pas si longtemps, pour nous démontrer que cinéma d’action ne signifiait pas forcément avilissement des consciences. (...) Tout ceci est effectivement très impressionnant à l’écran, mais tellement grotesque. Or, trop de grotesque finit par tuer le plaisir devant ses scènes. Len Wiseman n’y va pas par petites doses, il met à chaque fois le paquet.  



Du même niveau