zabla(dowski).org


De: Craig Brewer
Avec: Samuel L. Jackson, Christina Ricci, Justin Timberlake


Site officiel:
http://www.moanmovie.com/
IMDb:
http://www.imdb.com/title/tt0462200/
CineNews:
http://www.cinenews.be/Movies.Detail.cfm?MoviesID=5402


moyen

Black Snake Moan


(...) l’un des sujets du film est cette "maladie" à guérir et dont est atteinte Christina Ricci dans le film, à savoir la nymphomanie. Sans jamais tomber dans le piège de la vulgarité choc, le réalisateur appelle une chatte une chatte et peint le portrait de plusieurs fous de l’Amérique profonde. Qu’il s’agisse de la white trash délurée ou du fou de Dieu en passant par le soldat en proie aux crises d’anxiété paralysantes, les personnages de Black Snake Moan souffrent et cherchent chez l’autre l’équilibre remède qui viendra les sauver. Résumée ainsi, la thématique générale du film semble bien conventionnelle et c’est justement le principal problème de l’œuvre qui, après un bon départ, se confond dans un scénario au rythme et au développement boîteux. (...)



(...) Attache-moi version blues craspec, c'est à peu près cela. (...) Belle leçon d'entêtement et de générosité : Samuel Jackson et Christina Ricci renaissent chacun dans leur registre, sec et sobre pour l'un, muse et décalée pour l'autre. Vrai classicisme donc. Le baroque n'est qu'un point de départ, pure illustration de l'âme du blues tel que le décrit une légende musicale placée en ouverture. C'est à la fois la force et la limite du film qui navigue entre démonstration et prévisibilité. (...) 



(...) Conscient du caractère hautement casse-gueule de la thérapie mystico-musicale qu’il propose, le réalisateur désamorce les gloussements intempestifs des mécréants en retournant tous les clichés à son avantage. Impliqués corps et âme dans leurs rôles d’estropiés de la carte du Tendre, Samuel L. Jackson et Christina Ricci font réellement des miracles.



(...) Bien sûr, Black Snake Moan ne marquera pas l'histoire du cinéma d'une empreinte indélébile, mais cette série B, tout à fait honorable, a le mérite de tenir son sujet de bout en bout, de ne jamais tomber dans le scabreux et de nous servir sur un plateau deux superbes rôles pour deux formidables interprètes. (...)



Du même niveau