zabla(dowski).org


De: Jan Kounen
Avec: Jean Dujardin, Jocelyn Quivrin, Elisa Tovati, Vahina Giocante, Patrick Mille


Site officiel:
http://www.99francs-lefilm.com
IMDb:
http://www.imdb.com/title/tt0875113/
CineNews:
http://www.cinenews.be/Movies.Detail.cfm?MoviesID=5437


bof

99 Francs


Si 99 francs de Frédéric Beigbeder avait été un best-seller en son temps, son adaptation au cinéma par Jan Kounen, sept ans après, aura-t-elle le même succès ? (...) Rien n’est moins sûr. Entre temps, la rébellion anti-pub et l’altermondialisme branché ont fait long feu. La génération qui regarde la télé sur son ordi a autre chose à faire que casser de la grande méchante multinationale. Elle préfère voir le très logoïsé Brice de Nice "casser" le premier type qui passe. Ou, pire, acheter les disques pseudo-parodiques (mais extrêmement juteux) du très friqué Michael Youn. Quant au "No logo" de Naomi Klein, elle n’en a heureusement jamais entendu parler. (...) Pourtant, à l’heure où Desplechin sévit encore et où les films de Rohmer circulent toujours en toute impunité, 99 francs demeure rafraîchissant. Jan Kounen, grâce à son goût pour la BD, les effets spéciaux, les sujets pop ou trash, devrait même être le réalisateur le plus cool de France. (...) Mais au lieu de devenir notre Tarantino national, Jan Kounen s’acharne depuis son premier et génial long-métrage, Dobermann, sorti en 1995, à trop vouloir en faire. 99 Francs, c’est comme Tropico, c’est trop. Trop d’idées visuelles, dont certaines déjà vue (...) à l’instar du roman, le film démarre très fort puis noie le spectateur dans un gloubiboulga comico-idéologique sans climax ni chute. Question cinéma, on en a pour son argent, mais à ce tarif on s’économiserait volontiers la petite morale de bobo moyen qu’on nous assène à la fin. (...)



(...) Jan Kounen n'a jamais fait dans la dentelle, il a encore une fois la main lourde, incapable de doser la vulgarité (surabondante), l'excès (étriqué), ­voire la pensée (vacillante). Cracher dans la soupe est un art : Frédéric Beigbeder y a excellé ; Jan Kounen est moins adroit, ­encore fasciné par ce qu'il dénonce. Il ­foire ainsi tristement la pub détournée que trafique in fine notre pubard en un ultime et dérisoire geste salvateur : le spot se révèle aussi plat et inoffensif que si l'on s'obligeait à achever cette critique par les mots ­"crotte de film". (...)



(...) au jeu des réussites, rajoutons également un Jean Dujardin en parfait mimétisme exagéré de son modèle, en subtile bombe à retardement, rempli de nihilisme auto-satisfait et de volubilité incisive car criante de vérité, au même titre qu’une voix-off brillante (elle en devient un personnage à part entière) (...)



Du même niveau