zabla(dowski).org


De: Julie Delpy
Avec: Adam Goldberg, Julie Delpy, Daniel Brühl


Site officiel:
http://www.2daysinparis.be/
IMDb:
http://www.imdb.com/title/tt0841044/
CineNews:
http://www.cinenews.be/Movies.Detail.cfm?MoviesID=5656


bon

2 days in Paris


(...) Avec ce deuxième long métrage en tant que réalisatrice, elle se lance dans un cinéma "à la Woody Allen", légèrement caustique, bavard mais dialogué du tac au tac, avec une certaine poésie et de l'humour dans un sujet très social... (...) Bien sûr, une certaine maladresse entache de temps à autre la mise en scène ou le récit mais on appréciera chez Julie Delpy un sens du rythme, une dynamique de la réalisation qui fait de son 2 days in Paris un moment plein de charme, vivant même si parfois un peu désuet ou caricatural.



(...) L'atout majeur du film ne réside pas dans son intrigue, malgré une construction sans défaut et quelques vérités générales disséminées dans les dialogues. On peut même trouver que certaines scènes frisent le simplisme et la démagogie (le racisme et la pédophilie, c'est mal, qui l'eut cru ?). Mais on s'en tamponne, parce que de la première à la (quasiment) dernière minute, c'est drôle. Très drôle, sans tartes à la crème ni peau de banane, juste par la grâce de personnages et de situations savoureux (...) Difficile de ne pas reconnaître des gens de sa propre connaissance dans les personnages croisés, du plus poseur au plus con. Difficile aussi de ne pas se prendre de sympathie pour le couple vedette, trentenaires libérés mais pas trop, heureux mais torturés, amoureux mais pas trop mais amoureux... (...)



(...) 2 Days in Paris n’est cependant pas qu’une affaire d’ingrédients, un heureux cocktail d’humour spirituel, de charme et de piment. Julie Delpy sait faire entrer la vie dans ce film (...) On sent ici, dans chaque scène, un investissement personnel qui renouvelle le jeu entre fiction et réalité. On découvre la réalisatrice-actrice impertinente, devant et derrière la caméra, et même d’une grande bizarrerie à l’occasion. En faisant jouer le père et la mère de Marion par ses propres parents, vraiment pas ordinaires non plus, elle revendique un non-conformisme à la fois héréditaire et spontané. De quoi faire basculer des situations toutes simples (sortie au marché ou entre amis, déjeuner à la maison ou au restaurant) du côté d’une sorte de happening où s’invite un petit vent de folie. Qui fait une vraie bouffée d’air frais pour le cinéma.



(...) Finalement 2 Days in Paris ne se distingue sur aucun des deux tableaux de la comédie sentimentale et de mœurs. Le procédé, même drôle par moments par sa surenchère dans la catastrophe reposant sur l’idée d’un personnage égaré en territoire hostile, finit par être si systématique qu’il en devient ridicule sinon facile ou complaisant. Julie Delpy essaie bien de mélanger les approches, d’être à la fois tendre et vache avec tout le monde, mais non. Elle a plutôt retenu le pire des deux cultures et sans concession, sans vraiment laisser sa chance à quiconque (...)



Du même niveau