zabla(dowski).org


Réalisé par : Michel Gondry
Avec: Gael García Bernal, Charlotte Gainsbourg, Alain Chabat, Emma de Caunes


Site officiel:
http://www.thescienceofsleep-movie.com
IMDb:
http://www.imdb.com/title/tt0354899/
CineNews:
http://www.cinenews.be/Movies.Detail.cfm?MoviesID=4619&lang=fr


très bon

The Science of Sleep


(...) Notre génération a de la chance : nous avons profité dans notre enfance des dernières saillies de l’effet spécial d’atelier (ou alors je suis le seul à avoir chialé devant Dark Crystal et l’Histoire sans fin), puis nous avons écarquillé les yeux devant les balbutiements du Numérique (Jurassic Parc et autres), poussés des soupirs impressionnés devant le premier Matrix (et des soupirs vachement moins impressionnés devant les douze mille suites et / ou copies), et maintenant nous sommes prêts à re-faire le tour à l’envers. George Lucas commet la Guerre des Étoiles à grands renforts de Sillicon Graphics, et les maquettes en carton-pâte des années soixante-dix nous parraissent soudainement plus convaincantes que Jar Jar Bings. Peter Jackson mets en image une histoire de trolls attaqués par des armées de lutin informatique à l’intelligence artificielle, et le trucage le plus impressionnant reste les yeux d’Elijah Wood. Michel Gondry nous plonge dans un cerveau de dormeur avec trois bouts de ficelles, et deux paquets de bonbons, et c’est quand même nettement plus joli qu’une IRM. (...)



(...) Séquences bricolées, animées image par image, un peu maladroitement comme dans les productions d’Europe de l’Est de notre enfance. On ne les attend pas dans une comédie romantique française, mais ils trouvent naturellement leur place dans l’univers de Michel Gondry, et dans son troisième film, le premier tourné à Paris, séduisant patchwork et rejeton sauvage de la Nouvelle Vague – le genre de films qu’auraient faits jadis François Truffaut et ses copains si, au lieu de vénérer la littérature, ils étaient passés maîtres dans l’art des gommettes, de la pâte à modeler ou de toute autre activité d’éveil… (...)

(...) Michel Gondry joue sur les références de l’enfance, filme la difficulté d’abandonner ce temps primaire d’expérimentation de la vie, cette flamme imaginative si dure à entretenir à l’âge adulte. Sans cesse en équilibre entre la poésie et le trop plein, toujours porté par un sincère amour pour les êtres farfelus du premier ou dernier rôle, The Science Of Sleep est un petit miracle, une comédie romantique inquiète mise en scène par un extraterrestre de la caméra, un bonbon acidulé dont le goût sucré ne s’oublie pas.

(...) Loin de la bluette sucrée attendue, le film verse imperceptiblement dans la noirceur. Michel Gondry met en scène un symptôme : le déni de réalité (...). Progressivement, la magie cède du terrain à la schizophrénie, complexifiant une structure filmique qui d’emblée semblait se donner, limpide.  Univers onirique et réel se fondent intimement dans des séquences d’animation où s’exprime le style de Gondry, bidouilleur de génie et créateur inspiré de clips (...) Délaissant les effets spéciaux tapageurs, le réalisateur privilégie une approche artisanale de l’image, renforcée par les matériaux qu’il utilise, feutrine et carton, d’où se dégage une étonnante sensualité. En dépit de quelques moments de flottement (l’intérêt finit par se relâcher dans les vignettes fantasmagoriques), le charme opère. (...)

C’est du 100% Gondry que cette science des rêves ! On y retrouve d’emblée la patte si personnelle du réalisateur, rôdée dans ses célèbres clips. Le thème des mondes imaginaires, récurrent chez lui, se focalise ici sur le rêve, ce qui fournit un prétexte à de multiples saynètes d’une invention visuelle délirante. Et les "effets spéciaux" à l’apparence bricolée, en fait très sophistiqués, qui font un peu de Michel Gondry le Méliès des années 2000, nous enchantent comme au premier jour !  (...) L’omniprésence du bric-à-brac coloré de l’enfance et de l’esthétique des années 70 pourrait signaler une sorte d’enfermement mental, si elle ne s’avérait si fertile. (...) Les messages, les métaphores sont innombrables, et on aura plaisir à se replonger plusieurs fois dans cette Science des rêves.



Du même niveau