zabla(dowski).org


Temps mort

Je suis ce que l’on peut appeler un mordu d’actu. Je bouffe du journal (Le Soir, Le Monde et El Pais) tous les jours, et parfois même jette un coup d’œil à ta télé (chaînes françaises et TV5, parfois RTL et RTBF mais à chaque fois je suis exaspéré par autant d’amateurisme). Les JT me déplaisent déjà conceptuellement, puisque contrairement au quotidien que l’on feuillette, on ne peut pas choisir l’ordre des nouvelles proposées, ni l’importance accordée: elle est imposée. Mais là n’est pas la question.

Ce qui m’amène à en parler ici, c’est un truc qui me chipote depuis un certain temps déjà. Sous forme de questions, ça donne ceci :

- Pourquoi les médias francophones se mettent-ils tous en veille lorsque les gens à qui ils s’adressent ont du temps à leur accorder? Lorsque leur lectorat/auditoire est en congé - le week-end, ou pendant les congés scolaires, ils proposent alors des news torchées à la va-vite, des trucs qui n’intéressent personne (du remplissage quoi). C’est bien la preuve qu’ils nous servent à leur sauce à peine retravaillée les communiqués de presse des différents acteurs de l’actu (politiques, institutions, entreprises etc…) et considèrent qie la grande majorité de leurs "clients" (les lecteurs, l’audimat) elle aussi en vacances et ne voulant surtout pas s’informer de façon exhaustive pendant ces périodes.

- Pourquoi les médias anglo-saxons ou espagnols (flamands me souffle-t-on à l’oreille) font-ils exactement le contraire ? Des journaux gros comme des bouquins le week-end ou au mois d’août, c’est plutôt normal non ? Ils me semble qu’ils respectent plus leurs "clients", qui ont alors le TEMPS ! C’est la loi de l’offre et de la demande. C’est comme si une compagnie touristique se mettait en veille pendant les vacances scolaires… Ce métier, le journalisme, n’a par définition pas de période morte. C’est quelque chose qui me dépasse complètement, et pourtant tout le monde y participe ou ne trouve rien à y redire. Quand je demande autour de moi si on lit le journal, on me répond : "Le week-end ou en vacances, car autrement je n’ai pas le temps". Je plains ces gens, car pendant ces périodes les journaux sont franchement à pleurer.

C’est tout de même bizarre… Quand je n’ai pas le temps, il y a plein de trucs à lire, et vice versa.

Des idées: pourquoi Le Soir ne diffuse-t-il pas des articles de journaux flamands le week-end ou en vacances, histoire d’avoir une meilleure idée de ce qui se passe dans notre pays? C’est vrai quoi, on connaît mieux la situation en Somalie qu’en Flandre ! Ou les meilleurs articles de la semaine ? Ou les éditoriaux des autres journaux européens de la semaine ? Pourquoi Le Monde ne diffuse-t-il pas, comme il le fait déjà avec The New York Times, une sélection d’articles allemands, italiens, suédois, bulgares ? On est en Europe ou pas ?

Après on s’étonne que les gens fuient les médias. On accuse, comme le fait Le Monde Diplomatique les gratuits, internet, les groupes publicitaires, le manque d’intérêt des jeunes pour la lecture et que sais-je encore. Pourquoi ne se remettent-ils pas en question ? Hein ?

LCD Soundsystem is playing at my house


LCD Soundsystem - Sound of Silver

La voilà la révolution de l’internet : un album qui ne doit sortir qu’en mars, mais que tout un chacun peut déjà se procurer sur le web et qui fait déjà office d’un sacré buzz avant sa sortie officielle. Si ce n’est pas la fin des médias traditionnels ça, on ne sait trop ce que c’est, car comme le rappelait Serge Coosemans ici, il y a matière à se brouiller avec la maison de disques en parlant déjà de ce nouvel album.

Ne tournons pas autour du pot : le dernier LCD Soundsystem est bon, très bon même.

Ceux qui ont été conquis par la bombe larguée par James Murphy en 2005 le seront tout autant , voir plus, par celle-ci. Au menu, encore et toujours tout ce qui fait qu’on aime le new-yorkais, manager du label DFA (The Rapture), porte-drapeaux de tout ce renouvellement punk dance made in big apple, mélange de danse et d’esprit foutraque, collant à la perfection à notre époque tourmentée…On a envie de se bouger les fesses tout en battant la cadence énervée des titres dansants… On a envie de sourire… On aime écouter l’album en faisant quelque chose, mais aussi en ne foutant rien. Et plus on l’écoute, plus on accroche.

Les ballades sont elles aussi toujours de la partie, et évoquent encore une fois le Pink Floyd de l’époque Meddle (New York I love you). Pour les autres références, on citera en vrac Kraftwerk, Talking Heads, The Fall, David Bowie, Queens of the Stone Age (Watch the tapes), Heaven 17 et même Madonna (premier album), c’est dire s’il est varié. Ici, chez Zabla, on l’écoute quasi non-stop. On retiendra la consistance de l’œuvre, qui semble bien mieux tenir en un tout et avoir un sens en tant que tel.

Dernier sur la hype


Arctic Monkeys - Whatever People Say I Am, That’s What I’m Not

Peter, Bjorn And John - Writer’s Block

Jarvis Cocker - Jarvis

Lilly Allen - Alright, still

Cela fait des semaines que je n’ai plus rien écrit. Ce n’est pas l’envie qui m’a manqué, mais à part vanter les mérites de ce petit nouveau webzine schizophrène qu’est K-Web, me lamenter sur la pauvreté de la presse francophone belge et dire tout le bien que je pense du prochain album de LCD Soundsystem, je ne voyais pas trop bien ce que j’aurais pu raconter. Je n’ai pas vu de films intéressants ou profondément chiants, je n’ai rien écouté de nouveau qui mériterait vraiment qu’on s’y attarde et les deux concerts auxquels j’ai assisté depuis ce début d’année m’ont plongé dans l’apathie la plus complète.

Il y a un peu plus de deux semaines, j’étais au concert de Peter, Bjorn & John au Botanique à Bruxelles. Au vu du nombre de fois qu’ils ont été cités dans les rétrospectives de fin d’année, ces Suédois font visiblement partie des vainqueurs de l’année 2006, Le concert était sympathique, mais sans plus. Cela ressemblait à un "quelconque groupe de power-pop" comme l’a bien remarqué Elea dans son compte-rendu pour Webzine Nameless.

Il y a deux jours, je suis allé jeter un oeil au concert de Jarvis (Cocker, ex-chanteur de Pulp) à l’Ancienne Belgique. A l’exception de deux ou trois titres, le premier album solo de Jarvis sonne comme du Pulp peu inspiré, "un rien emmerdant même si plutôt sympathique" dixit Serge Coosemans. Plus prévisible comme prestation, tu meurs. Jarvis a joué son album dans le désordre et, prisonnier de son rôle de dandy à l’humour soi-disant mordant, a amusé son public comme il l’attendait.

Tout cela pour dire que je n’avais rien à dire et comme Laurent m’a coupé l’herbe sous le pied en écrivant sur les 3 sujets sur lesquels j’aurais pu trouver des trucs à déblatérer, je me suis abstenu. J’ai bien eu l’idée d’écrire un truc sur les bilans que tous les webzines que l’on cite se sont donné la peine d’établir, mais j’ai laissé tomber l’idée. A quoi bon écrire sur le fait que quasi tout le monde semble s’accorder sur le fait que 2006 fût une année assez pauvre, et ce, même s’il y avait tout de même quelques bons albums qui ont émargé ? A quoi bon écrire sur le fait que si les classements se suivent et ne se ressemblent pas, un léger consensus semble se dégager autour des albums de TV On The Radio, Peter, Bjorn & John, Isobel Campbell & Mark Lanagan, Midlake, The Knife, Joanna Newsom, Danielson, Yo La Tengo, Lilly Allen ou Arctic Monkeys (j’en passe et des moins bons) ?

Attardons-nous tout de même un peu au cas des Arctic Monkeys. Je dois confesser que je suis passé complètement à côté du phénomène. Moi, je fuis les hypes anglaises comme la peste. Ce n’est pas la première de l’année 2007 que sont les Klaxons qui va me faire changer d’avis. Quand j’entends leur musique pour autos tamponneuses, je me dis que Daft Punk n’est finalement pas si mal. Bref, Arctic Monkeys, je n’étais pas très enclin à m’y intéresser. Il a fallu que je vois la chose sur scène au Pukkelpop en août dernier pour que je me décide d’écouter leur premier album "pas vraiment punk, pas vraiment pop, mais terriblement efficace et classe" et "d’une telle cohésion" que cela pourrait presque sonner comme "carrément inédit", comme l’a parfaitement résumé Pinkushion. Mais en plus d’avoir pondu un foutrement bon album, Arctic Monkeys a surtout marqué le début de ce conte de fées "des groupes découvert grâce à MySpace". A l’instar de Lilly Allen ou des Klaxons, il était en effet impossible de lire des articles sur Arctic Monkeys qui ne mentionnaient pas MySpace.

J’aime bien MySpace. Ce site est un bon gros doigt au web nouvelle génération. Alors que tout le monde pensait qu’on allait vers la multiplication des services indépendamment imbriqués à la Google et sa panoplie de produits hétérogènes, MySpace prouve qu’un sacré paquet d’internautes préfère les bons vieux services tout-en-un, bien monolithique. Avec MySpace, on a un site de rencontre, un blog, un agrégateur de blogs, une messagerie, un agenda, un album photo, un album vidéo, un album de musique et une page de pubs pour le prix d’un. Peu importe si le site est hideux et foireux, ils sont les seuls à faire cela et donc, nombreux sont les groupes qui ont vu en MySpace LE moyen gratuit pour disposer d’une présence internet efficace, et ce, sans devoir faire appel au copain du copain qui a des connaissances en informatique ou pire, à une agence web qui aurait englouti une partie du budget marketing. Reste le plus amusant : vu qu’il y aurait maintenant des groupes qui auraient décollé après avoir été repérés sur MySpace, on ne compte plus les petits groupes qui, à la limite, créent leur page MySpace avant de composer de la musique. Le hic, c’est que ce mythe semble un peu tenir de la supercherie marketing. Alex Turner des Arctic Monkeys déclare dans les Inrockuptibles: "Tout ce truc "le groupe découvert grâce à MySpace", ça a été pénible. Ce sont nos managers qui ont monté cette page... C’était pour la presse et l’industrie, une raison commode, paresseuse, d’expliquer notre succès, en négligeant totalement le travail de fond que nous avons fait pendant des années, en tournant sans répit."

J’attends avec impatience que les langues de Lilly Allen ou des Klaxons se délient, histoire qu’on rigole un peu.

En résumé, chers membres de petits groupes, si vous me lisez, si vous aussi vous voulez figurer dans les classements de fin d’année de vos webzines préférés, n’oubliez pas qu’il faut visiblement bien plus que des amis MySpace...

Dans les bacs


Sur les écrans


Politique & intrigues


Lire le journal, suprême élégance ! (Le Monde.fr)
Qand j'observe les jeunes gens dans les cafés, il me semble qu'il manque quelque chose d'essentiel... Lire la suite

Kiva est vraiment extraordinaire (rebelutionary)
Aujourd’hui est un jour important. J’ai reçu le premier remboursement d’un... Lire la suite

L'apologie des faux plaisirs (radical chic)
(...) S’il y a bien une victoire de la société marchande que l’on oublie facilement,... Lire la suite

Jusqu'où Google peut-il grandir? (rebelutionary)
(...) Et bien, après une petite enquête (sur Google Finance), nous avons un élément... Lire la suite

La Miss 2007 sera Miss ... amputée ! (404 Brain Not Found)
Ça a été le carton d'audience surprise de l'année 2006 aux Pays-Bas. Une émission... Lire la suite

Archives